« I hope you have the feeling of dancing with someone ». Danser en ligne avec Trisha Brown : écrans, gestes, archives.

Au Printemps 2020, la Trisha Brown Dance Company, sous l’impulsion d’Amanda Kmett’Pendry et Jamie Scott, interpréta plusieurs œuvres phares de Trisha Brown, à distance, rassemblant danseuses et danseurs de la compagnie, anciens membres et parfois un public d’amateurs. Souvent créées pour des espaces extérieurs, non conventionnels, les pièces réinterprétées témoignent aussi d’un processus de création étroitement lié à l’espace personnel, intime, et à une architecture perçue par le geste et sa transmission. Comment ces œuvres historiques et leurs réinterprétations, à distance, permettent-elles aussi de penser l’importance des images, des archives et des partitions ? 

Figure 8 (2020), avec Cecily Campbell, Kimberly Fulmer, Leah Ives, Amanda Kmett’Pendry, Kyle Marshall, Patrick McGrath, Jamie Scott, Stuart Shugg, et Jacob Storer.

Voir la vidéo ici : https://vimeo.com/415193675 


Transcription et traduction d’un entretien réalisé en ligne, le 17 février 2021


Pauline Chevalier : Au printemps dernier, lorsque l’épidémie a pris de l’ampleur et que nous nous sommes retrouvés confinés, vous avez rapidement réussi à investir les espaces en ligne avec une certaine créativité, tout en restant attachées au répertoire de la compagnie. Entre nécessité et créativité, comment avez-vous vécu ce moment, et comment le percevez-vous rétrospectivement ?

Amanda Kmett ‘Pendry : C’est assez drôle, maintenant que nous sommes presque un an plus tard, nous, comme tout le monde, avons investi les espaces en ligne, mais je ne pense pas que nous y pensions à l’époque. Nous savions plus instinctivement que nous pouvions mettre quelque chose en ligne. Nous étions en France, en mars, à Nîmes, et nous devions tourner durant quatre semaines. C’était comme un rêve de passer quatre semaines sur la route. Mais nous avons dû rentrer chez nous après seulement une semaine. C’était assez traumatisant de devoir rentrer soudainement : je voulais rester avec le groupe d’une certaine manière, nous avions vécu ces moments tous ensemble.

Jamie Scott : Environ une semaine après notre retour, nous avons eu une réunion sur Zoom pour revenir sur les derniers événements. Nous avons alors commencé à plaisanter avec l’idée de faire des répétitions virtuelles, puis je pense que nous avons profité de l’écran Zoom et entamé quelques jeux sur les images. Les gens commençaient à proposer des cours en ligne. Il y a beaucoup de choses dans le travail de Trisha qui permettent des entrées autres que celle du cours : y a-t-il des idées que nous pourrions partager ? Y a-t-il des éléments de la chorégraphie avec lesquels les gens pourraient avoir envie de jouer ? Pour nous, il s’agissait de trouver un autre moyen de partager son œuvre, en dehors des cours en ligne. 

Pauline Chevalier : Cependant, vous avez aussi proposé des cours en ligne et vos différents projets sont en quelque sorte liés. J’aimerais justement savoir comment vous appréhendez ces modalités d’enseignement à distance, la médiation de l’écran, cette image bidimensionnelle que l’on oublie parfois.

Amanda Kmett’Pendry : J’ai donné six cours maintenant et j’ai enseigné une semaine intensive en janvier. En plus de vouloir voir les gens qui suivent les cours – il y a des corps tridimensionnels, voire des corps quadridimensionnels, j’ai eu du mal à savoir comment communiquer beaucoup d’aspects du travail de Trisha par Zoom, et je pense que j’ai dû changer ma relation avec ce qu’est le mouvement et ce que l’on obtient lors d’un cours en présence. Mais nous avons naturellement découvert que le travail de Trisha se prêtait vraiment à nos espaces. Il y a toujours eu une transmission très facile de la façon dont nous connaissons son travail qui peut être exécuté dans toutes sortes d’espaces, très différents, sauf peut-être dans nos appartements. Pourtant, quand on répète chez nous, c’est comme si tout était là. Nous avons essayé d’aborder chaque projet avec beaucoup d’intégrité : comment pouvons-nous conserver l’œuvre de Trisha, son processus de création, et l’offrir sous un nouveau format ?

Jamie Scott : Pendant les cours, il y a une limitation de temps et les cours en ligne sont encore plus limités. Nous avons insisté pour avoir quatre heures, une journée plus longue, et le public apprécie, il y a une demande pour des temps longs dans ce cadre. Ce format permet aussi de s’éloigner de l’écran et d’interagir différemment, tout en écoutant, avec des sensations perçues d’une manière différente : nous avions le temps d’incorporer cela dans le processus. Ensuite, l’autre chose dont je me suis rendu compte, c’est que l’apprentissage à partir des écrans est très difficile (« oh, c’est ta gauche, c’est ma droite, je n’arrive pas à garder tout ça en ordre »), donc je pense que les gens peuvent être frustrés et c’est compréhensible. Mais peut-être que je peux aussi vous faire expérimenter une version de l’œuvre qui est peut-être plus proche du processus de Trisha. Ce n’est pas un moment pour produire de magnifiques chefs-d’œuvre, mais plutôt le moment d’expérimenter et d’essayer de nouvelles voies. Et je ne pense pas que tout ce que nous faisons va continuer quand nous retrouverons une vie normale, je pense seulement que cela nous a donné de l’inspiration pour trouver différentes façons d’aborder les œuvres : c’est ce que nous pouvons faire le plus efficacement.

Room / Roof Piece (2020)

Voir la vidéo ici : https://vimeo.com/404865006

Avec : Cecily Campbell, Marc Crousillat, Kimberly Fulmer, Leah Ives, Amanda Kmett’Pendry, Patrick McGrath, Jamie Scott, Stuart Shugg et Jacob Storer.

Pauline Chevalier : Il y a quelque chose de frappant dans Figure 8 (1976/2020) et dans Roof Piece (1971/2020) dont j’aimerais discuter avec vous : en tant que spectatrice ou spectacteur, à distance, nous observons la danse, mais nous ne pouvons pas ignorer le contexte, le décor. Contrairement à une situation plus habituelle, le corps des danseurs devient l’espace partagé, collectif, grâce aux mouvements communs, alors que le décor est l’espace de chacun, l’espace personnel, intime. On perçoit des histoires personnelles dans ces espaces. C’est d’autant plus frappant quand on connaît le rapport de Trisha Brown à la neutralité des espaces. Comment avez-vous travaillé sur cet aspect ? Avez-vous discuté de ces espaces personnels, intimes, qui deviennent de fait des décors ?

Amanda Kmett ‘Pendry : En tant que compagnie, nous nous efforçons de transmettre les œuvres dans leur forme originale, même dans ce processus. Je me suis aussi toujours sentie vraiment engagée à laisser ce moment dire ce qu’il était vraiment. Vous avez eu un aperçu de l’intérieur de tous nos espaces, mais la danse était toujours aussi puissante que lorsqu’elle est produite sur un toit : elle avait toujours les mêmes principes fondamentaux. Tout au long du processus, j’ai toujours été vraiment consciente de cette présence du personnel, de la même manière que je le suis quand j’enseigne : jusqu’à quel point ai-je envie de  convier mon espace personnel dans ce processus ? Quand j’ai enseigné dans ma chambre, je déménageais tous les meubles, juste parce que, oui, c’était dérangeant pour moi de ne pas avoir cette limite à certains moments. Pourtant, dans le travail que nous avons fait, j’ai juste senti que je ne voulais pas mentir sur ce qu’il était : « Oh, pouvez-vous déplacer ça en arrière-plan ou pouvez-vous dire à votre frère de ne pas se promener ». Non, c’est le cadre, c’est le décor qui en fait partie. Dans la version de Roof Piece, l’un des danseurs était à l’extérieur et toute la bande son était composée de ses oiseaux et de sa ferme dans le Wisconsin. Je pense que cela reflète vraiment ce moment et je ne voudrais pas que ce soit différent. Comme Jamie l’a dit, il ne s’agissait pas d’aller vers la perfection, mais je pense que, tout compte fait, il y a une certaine perfection dans ce que c’est devenu.

Jamie Scott : Cette honnêteté était importante et l’est toujours : reconnaître notre situation, et celle des autres. C’est le cadre dans lequel nous sommes tous, il me semble important de le valoriser.  

Amanda Kmett ‘Pendry : Jamie et moi nous sommes retrouvées dans ces projets, c’était particulièrement engageant, un moment qui nous a portées : avoir quelque chose à faire sans le sentiment que ce soit forcé, pour personne. Dans un tel contexte de pandémie, les gens avaient également besoin de leur espace propre, il s’agissait donc de trouver un équilibre.

Pauline Chevalier : Il y a un sentiment d’unité dans ces vidéos et lors d’un cours en ligne, une remarque m’a interpellée : « J’espère que vous avez le sentiment de danser avec quelqu’un ». C’est assez évident dans Roof PieceFigure 8 et Corners. Vous parvenez à transmettre le sentiment d’une compagnie qui continue à travailler ensemble, à partager ce sentiment de travailler ensemble, à distance. 

Amanda Kmett ‘Pendry : Ce n’était pas toujours facile. Comme Stuart (Stuart Shugg, qui a également travaillé activement à ces projets en ligne), par exemple, qui est retourné en Australie juste après le début de tournée en France. Il n’est même pas revenu à New York. L’esprit de tout le monde était un peu partout. Jamie et moi avons eu la chance d’être coincées à la maison dans nos appartements. Tout ce travail a eu lieu dans les deux premiers mois de notre retour. Et puis, il a été mis en ligne tout au long de l’automne, en partie parce que nous avons eu une autre crise en Amérique avec le mouvement Black Lives Matter. Nous avons donc fait de la place pour cela, mais tout ce travail s’est fait en deux mois très courts.

Pauline Chevalier : Par exemple pour Roof Piece, j’imagine que vous avez fait plusieurs prises et monté l’ensemble ? 

Jamie Scott : C’était assez long. Zoom a changé depuis : les fonctions étaient différentes et donc la façon dont nous devions le mettre en place (la façon dont nous avons chorégraphié les entrées et les sorties), vous n’auriez plus à le faire aujourd’hui, vous pouvez juste faire glisser les cases et mettre les gens dans l’ordre. Nous devions avoir une personne à chaque extrémité qui enregistrait, puis monter le tout. Nous avons beaucoup appris au cours de ce processus. 

Amanda Kmett’Pendry : C’est difficile d’imaginer qu’il y a eu une époque où nous ne savions pas comment utiliser Zoom. Vous savez, les danseurs sont des gens brillants, mais j’étais inquiète de devoir donner des instructions techniques. Nous voulions maintenir l’intégrité de Roof Piece, il fallait donc que sur les ordinateurs individuels, chacun ne voit que la personne qu’il ou elle suivait. Personne ne devait pas voir la grille. Chacun serait apparu trop petit sur l’écran, et nous voulions faire Roof Piece avec le processus précis où vous ne recevez des informations que d’une seule personne. Mais, comme vous le savez, dans Roof Piece, il y a un moment où l’on doit se retourner : les danseuses et danseurs devaient donc aller sur leur ordinateur et épingler une personne, puis une autre… nous leur avons demandé d’enregistrer leurs écrans. Nous avions tous les fichiers de tous les danseuses et danseurs. Ensuite, Jamie et moi avons passé beaucoup de temps au montage. Au cours de notre carrière, nous avons eu le privilège de pouvoir travailler principalement en tant que danseuses, dans une compagnie qui ne nous demande pas de faire autre chose : nous n’avions jamais vraiment fait de montage auparavant, et au fur et à mesure que nous faisions l’acquisition de ces compétences, que nous les utilisions, Jamie et moi percevions des aspects esthétiquement agréables et qui reflétaient une relation étroite avec l’œuvre originale. Nous avons donc l’intégrité de ne voir qu’une seule personne – qui porte du rouge, mais nous ne pouvions pas nous imaginer monter sur un toit.

Pauline Chevalier : C’est aussi à cela que je voulais en venir : la danse de Trisha Brown est très liée aux notions de mesure de l’espace et du temps, et vous en avez fait l’expérience directe dans vos espaces personnels, chez vous, en vous connectant au processus de Trisha Brown. Cela a-t-il également modifié votre perception de l’œuvre de Trisha Brown ? Danser depuis chez soi, dans un espace domestique, connu, mais perçu différemment, à travers le geste dansé ?

Amanda Kmett ‘Pendry : Je pense au projet Corners parce qu’il s’agit littéralement de mesurer et c’était vraiment bien de l’appliquer dans nos propres espaces, c’est tout simplement très pratique.

Jamie Scott : Nous avons découvert dès le début à quel point il est luxueux de posséder un coin d’appartement disponible !

Amanda Kmett ‘Pendry : Je n’avais tout simplement pas cette relation pratique avec les pièces de Trisha. Tous ces projets nous ont ramenées à la manière première dont elle les a construits, à partir de dessins et de la création d’un plan, comme si vous construisiez une maison, comme si elle avait vraiment dessiné et noté des plans, qu’elle les utilisait pour exécuter ses pièces. Il y a aussi une sorte d’intimité dans le fait de ne pas être dans un local de répétition, de ne pas être dans un théâtre, ce qui, je pense, a ouvert une nouvelle relation à l’oeuvre. Aucun de nous ne connaissait vraiment Corners, je pense que deux ou trois d’entre nous l’avaient dansé, donc nous l’apprenions tous. Nous avons l’habitude de travailler à la reprise des œuvres dans une intégrité qui passe par la transmission physique, de corps à corps. J’ai donc eu du mal à appréhender les choses autrement : j’ai réussi à saisir une nouvelle compréhension du travail lui-même, même s’il a été difficile pour moi d’apprendre quelque chose de nouveau à distance.

 

Corner Study 3 (2020), avec Leah Ives et Jamie Scott

Voir la vidéo ici : https://fb.watch/4xCe9r0jgu/ 

Pauline Chevalier : Pour Corners, vous avez suggéré que chacun envoie une vidéo de sa performance. Avez-vous ressenti ce besoin d’ouverture comme une nécessité ? J’y vois aussi une esthétique et une pratique qui rappellent aussi une culture en soi sur Internet, celle des vidéos YouTube et d’une certaine invitation à « faire soi-même ».

Jamie Scott : Je pense que derrière chaque projet, il y avait l’intention qu’il y ait un moyen pour les gens d’interagir avec lui et de partager ce qu’ils ont fait, pas exactement comme une démonstration YouTube en soi. Je pense que l’intention a toujours été la suivante : nous voulons que vous puissiez interagir avec l’œuvre, faire quelque chose et le partager avec nous, et ce n’est pas grave si cela s’écarte de l’œuvre. L’objectif était de permettre aux gens de répéter pendant une longue période de temps ensemble et de travailler avec un partenaire. Ce fut le cas lors du workshop You Can See Us (1996) , que j’ai mené en ligne avec Cecily Campbell. C’est l’une des rares fois où j’ai eu l’impression de travailler sur quelque chose avec mon partenaire, nous communiquions à travers l’écran, nous passions du temps ensemble à répéter, c’était agréable. C’était donc le but, que les gens puissent réaliser un duo ensemble, à distance. Pour ce qui est de la réalisation des duos de Corners, nous avons travaillé de manière indépendante, mais nous avons utilisé l’enregistrement d’un des danseurs parlant des repères, puis nous avons chacun dansé cette partie pendant que nous enregistrions dans nos propres espaces. Ainsi, au moment du montage de nos vidéos, nous pouvions être à l’unisson dans les duos. Les envois du public n’ont pas été faits en tant que duos. Ils ont juste été soumis comme des solos. les Je ne sais pas si cela a été un succès, mais je pense que c’est un objectif sous-jacent de ce projet, de se rapprocher de ce que Trisha a fait, de son processus.  

Pauline Chevalier : Il y a une grande générosité dans ces processus en ligne et le calendrier coïncide également avec le transfert des archives à la New York Public Library, ce qui permettra à un public de chercheurs beaucoup plus large d’accéder au travail de Trisha Brown. Existe-t-il une relation particulière de ces projets aux archives et à leur transfert ?

Amanda Kmett ‘Pendry : C’est probablement une coïncidence. Nous savions que les archives allaient être déposées mais ce n’était pas en relation directe. Je me suis toujours sentie, même avant la pandémie, très chanceuse de la façon dont Trisha a documenté les choses, car, ne serait-ce qu’en répétition, nous avons tellement de vidéos à notre disposition que nous utilisons. Nous regardons constamment l’ordinateur pour référencer chaque mouvement et chaque danse. Je pense donc qu’en nous lançant dans ces projets, nous savions en quelque sorte que nous pourrions aussi disposer de ces ressources. Je me suis sentie très privilégiée que notre archiviste soit toujours prête à partager des documents, en plus de cette connaissance des danses d’un point de vue physique dont je dispose : ces projets sont devenus ce qu’ils étaient parce que nous avons pu avoir toutes ces ressources. Je pense que nous avons développé une nouvelle compréhension à mesure que nous recevions plus de documents, d’extraits de ses carnets, de ses dessins. Nous ne pensions pas ouvrir les archives, mais il est vraiment devenu évident que cela donnait également accès aux structures de ses œuvres.

Jamie Scott : Nous utilisons des matériaux de référence dans le studio, nous avons notre bibliothèque de référence et, au-delà, nous n’interagissons pas avec les archives. Je pense que ces projets ont ouvert un tout nouveau champ d’action et que, rétrospectivement, les archives devraient être plus intégrées. 

Amanda Kmett ‘Pendry : Lorsque j’ai enseigné un cours intensif cet hiver avec Kimberly (Kimberly Fulmer), une autre membre de la compagnie, nous avons fait Solo Olos (1976) : j’ai réalisé, en étant sur Zoom, que je voulais contextualiser Solo Olos, aussi parce que nous ne pouvions transmettre l’œuvre de la même manière que nous l’aurions fait physiquement. Tout le travail réalisé auparavant m’avait finalement préparée à parler plus précisément de l’influence de ses dessins, des sources. Donc, tu as raison Jamie, ce n’est pas totalement intégré dans nos vies de danseurs, mais j’ai l’impression que dans l’ensemble cela améliore grandement ce que nous pouvons offrir en tant que qu’enseignantes. 

Pauline Chevalier : Les archives vidéo sont également essentielles pour la compagnie : travailler sur le répertoire nécessite aussi de visionner de nombreuses vidéos. Aujourd’hui, vous avez vous-même travaillé avec le support vidéo mais d’une manière différente : cela implique-t-il un changement dans votre perception du support ?

Jamie Scott : Je pense que le simple fait que la bibliothèque travaille à tout cataloguer fait qu’il y a une somme de sources nouvelles disponibles. Tout à coup, nous avons toutes ces images, comme par exemple certaines vidéos de référence pour Set and Reset : nous avons nos références, et au fur et à mesure que les archivistes découvrent des choses, nous disposons de sources supplémentaires. Durant ces projets, nous pouvons aussi les solliciter pour d’autres documents. C’est donc une vraie ouverture, et il y a encore beaucoup de choses à découvrir.

Amanda Kmett’Pendry : Je ne pense pas que cela changera notre relation à la vidéo dans le studio en travaillant comme membres de la compagnie. Je dirai qu’il y a eu une belle liberté à pouvoir développer ces projets, parce que lorsque nous travaillons en studio, nous avons un objectif : jouer la pièce sur une scène proscenium ou dans un espace ouvert. Mais j’ai vraiment apprécié de pouvoir demander à un archiviste du matériel vidéo, des documents, tout un monde différent à explorer : nous offrons aussi des projets qui sont exploratoires, avec cette liberté vraiment agréable de saisir tout ce qu’il y a à faire.

*

La compagnie prépare actuellement sur plusieurs projets en ligne, dont une reprise de Glacial Decoy (1979), pour la caméra, à partir de la reprise de plusieurs versions de l’œuvre et d’une exploration des archives de la compagnie. https://trishabrowncompany.org/news/

Jamie Scott travaille en tant que danseuse, enseignante et stager basée à New York. Elle a commencé à danser avec la Trisha Brown Dance Company en 2012. Diplômée du Barnard College, elle a dansé avec la Merce Cunningham Dance Company après l’université, rejoignant le Repertory Understudy Group en 2007 et la compagnie en 2009 avant de rejoindre la TBDC en 2012. Elle a travaillé avec Daniel Gwirtzman, Kimberly Bartosik, Bill Young, et travaille actuellement avec Liz Gerring. Elle a enseigné au Barnard College, à l’University of North Carolina School of the Arts, à la SUNY Purchase, à la NYU, au CND de Paris, au CNDC d’Angers et dans le cadre d’ateliers techniques et de répertoire à New York pour le Merce Cunningham Trust et la Trisha Brown Dance Company. 

Amanda Kmett ‘Pendry, est une danseuse originaire du sud du Maryland. Depuis l’obtention d’un BFA à l’Université des Arts, à Philadelphie, elle a eu le plaisir de travailler avec les artistes Jonathan Allen, Wally Cardona & Jennifer Lacey, Jodi Melnick, Sam Kim, Katie Swords, Teddy Tedholm, Romeo Castellucci, les Red Hot Chili Peppers, Adrienne Westwood et Netta Yerushalmy. Elle danse avec la TBDC depuis 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search