19 juin 2019 — Photographie, biomécanique et praxéologie motrice, les sciences auxiliaires dans la notation et la reconstitution de la danse antique de 1895 à nos jours

Maurice Emmanuel, Essai sur l’orchestique grecque étude de ses mouvements d’après les monuments figurés. Thèse présentée à la faculté des lettres de Paris, 1895, BNF.

En introduisant l’outil photographique et la chronophotographie, les travaux de Maurice Emmanuel ont engagé en 1895 un tournant inédit dans l’étude de la danse antique. À l’approche esthétique et historique se mêlait la question de l’écriture chorégraphique, qui inspira notamment Eva Palmer et Isadora Duncan dans leurs processus de recréation et de transmission du geste antique. Ces travaux ont été poursuivis dans les années 1960 par Germaine Prudhommeau avec la cinématographie, puis par Marie-Hélène Delavaud-Roux. Aujourd’hui, les humanités numériques et les sciences cognitives permettent de revenir de manière nouvelle sur la notation et la culture visuelles du geste chorégraphique et de la danse antiques.

Intervenante 

  • Audrey Gouy (EPHE)

Introduction par Marine Kisiel (musée d’Orsay)

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire