Archives de l’auteur : Lou Forster

9 octobre 2019 — Sur les Dance Diagrams d’Andy Warhol. Repenser les modalités participatives de l’œuvre à l’aune du handmade readymade

Dans le numéro d’October Files dédié à Andy Warhol, Benjamin Buchloh élabore un schéma interprétatif, l’art unidimensionnel. Ce dernier lui permet d’associer les Dance Diagrams(Fox Trot and Tango) (1962) à une tradition héroïque du XXe siècle qui repose sur l’identification active du spectateur à la représentation. En nourrissant notre analyse de cette lecture et d’autres plus récentes, il s’agira d’analyser les Dance Diagrams qui, en tant que reproductions mécaniques de schémas pédagogiques invitant à la participation gestuelle, posent la question de ce qui advient de la danse et du dessin sous le coup de la mécanisation de la forme graphique.

Intervenante : Marine Schütz (Université Rennes 2)

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

9 octobre 2019 – 17h-20h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

19 juin 2019: Photographie, biomécanique et praxéologie motrice, les sciences auxiliaires dans la notation et la reconstitution de la danse antique de 1895 à nos jours

Maurice Emmanuel, Essai sur l’orchestique grecque étude de ses mouvements d’après les monuments figurés. Thèse présentée à la faculté des lettres de Paris, 1895, BNF.

En introduisant l’outil photographique et la chronophotographie, les travaux de Maurice Emmanuel ont engagé en 1895 un tournant inédit dans l’étude de la danse antique. À l’approche esthétique et historique se mêlait la question de l’écriture chorégraphique, qui inspira notamment Eva Palmer et Isadora Duncan dans leurs processus de recréation et de transmission du geste antique. Ces travaux ont été poursuivis dans les années 1960 par Germaine Prudhommeau avec la cinématographie, puis par Marie-Hélène Delavaud-Roux. Aujourd’hui, les humanités numériques et les sciences cognitives permettent de revenir de manière nouvelle sur la notation et la culture visuelles du geste chorégraphique et de la danse antiques.

Intervenante 

  • Audrey Gouy (EPHE)

Introduction par Marine Kisiel (musée d’Orsay)

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

19 juin 2019 – 17h-20h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

15 mai 2019 : Figurer le mouvement dans les traités de danse et de jeux sportifs de la première modernité.

Gravure de Leone Pallavicino d’après le dessin de Mauro Rovere dans Le Gratie d’Amore, Cesare Negri, Milan, 1602.

A travers deux interventions portant sur la représentation et la codification du corps en mouvement dans les traités d’éducation à la fois physique et morale de la Renaissance et du début de l’époque moderne, la séance a pour objectif d’examiner les modalités du recours à l’image et sa fonction au sein du processus d’apprentissage et de transmission de la danse et de diverses autres activités ludico-sportives à la même période.

Marina Nordera abordera cette question à travers les planches gravées présentent dans Le Gratie d’Amore de Cesare Negri, publiées à Milan en 1602, dont certaines figurent le corps masculin en situation d’apprentissage, puis Antonella Fenech Kroke s’intéressera aux illustrations des traités relatifs aux pratiques sportives, notamment celles des Trois dialogues de l’exercice de sauter et voltiger en l’air… d’Arcangelo Tuccaro, paru à Paris, chez Claude de Monstr’œil, en 1599.

Intervenantes :

  • Marina Nordera (Université Côte d’Azur).
  • Antonella Fenech Kroke (Centre Chastel).

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

15 mai 2019 – 17h-20h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

20 mars 2019: Trisha Brown : dessiner, noter, interpréter

Trisha Brown, Sans titre (Locus), 1975, Encre et graphite sur papier. The Museum of Modern Art, New-York.

En 1976, Trisha Brown présente Locus pour la première fois et montre publiquement le rôle du dessin dans son processus de création. Elle présente une « partition » constituée d’un diagramme qui organise la génération et la spatialisation du mouvement.Le dessin s’assume alors comme un outil de création, dans une proximité remarquable avec l’art minimal et conceptuel. Susan Rosenberg reviendra ainsi sur les pratiques graphiques de Trisha Brown et la place qu’elles occupent dans sa carrière. Un point de vue mis en dialogue avec celui d’une danseuse et notatrice, Marie-Charlotte Chevalier qui a travaillé sur la transcription de Newark en cinétographie Laban à partir de plusieurs fonds d’archives et d’entretiens.

Intervenants

  • Susan Rosenberg (université Saint John, New York)
  • Marie-Charlotte Chevalier (danseuse et notatrice)

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

20 mars 2019 – 17h-20h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

13 février 2019: L’écriture Conté, outil de composition et/ou de transmission en danse ?

Michelle Nadal travaillant avec écriture Conté. Fonds Michelle Nadal / Association Arts et Mouvement.

Dans cette présentation, il s’agira de s’intéresser aux spécificités du système d’écriture du mouvement conçu par Pierre Conté dans les années 1930, au regard de la formation, des sources (notamment la biomécanique d’étienne-Jules Marey) et du projet de son auteur.

En s’appuyant sur l’analyse de deux fonds de partitions (fonds Conté conservé à la BnF et fonds Crang conservé à la médiathèque du CND), on s’intéressera à certains des usages en matière de composition chorégraphique et de transmission qui en ont été faits jusqu’à nos jours.

Intervenante

  • Sophie Jacotot (EHESS / Labex CAP)

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

13 février 2019 – 17h-19h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art


2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

 

16 janvier 2019 : « Danses sur papier » : quelles perspectives entre écriture et dessin ?

Raoul Auger Feuillet et Guillaume-Louis Pécour, Receuil des dances, composées par M. Pécour, et mises sur le papier par M. Feuillet, 1700, Bibliothèque nationale de France.

Cette séance introductive permettra, à partir de l’écriture Beauchamps-Feuillet, d’interroger les représentations graphiques de la danse « mise sur le papier » en revenant sur plusieurs recueils de danse du début du XVIIIe siècle, leur genèse et leur intégration dans un phénomène éditorial nouveau. Il s’agira de saisir les enjeux de métiers, de techniques et les implications esthétiques d’un tel recours au livre et à la gravure pour conserver et transmettre la danse. Objets visuels, entre écriture et dessin, ils nécessitent une « lecture » sensible, par le geste, et permettent une réinterprétation permanente, rassemblant approche pratique et analyse historique. Une table-ronde permettra également d’aborder de manière croisée les différents fonds de partitions et de traités chorégraphiques conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse afin de présenter les corpus au cœur de ce nouveau programme de recherche.

Intervenants

  • Mathias Auclair (BnF)
  • Laurent Barré (CND),
  • Marie Glon (université Lille 3)
  • Juliette Riandey (CND),

À propos du séminaire « Chorégraphies »

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

16 janvier 2019 – 17h-20h

Galerie Colbert, salle Vasari
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre